Arch manual pages

CAPGET(2) Manuel du programmeur Linux CAPGET(2)

capget, capset - Configurer les capacités des threads

#include <sys/capability.h>

int capget(cap_user_header_t hdrp, cap_user_data_t datap);

int capset(cap_user_header_t hdrp, const cap_user_data_t datap);

Ces deux appels système constituent l'interface brute du noyau pour configurer ou lire les capacités d'un thread. Non seulement ces appels système sont spécifiques à Linux, mais l'API du noyau est susceptible de changer. L'utilisation de ces appels système (en particulier le format du type cap_user_*_t) risque d'être étendue lors de nouvelles mises à jour du noyau, mais les anciens programmes continueront à fonctionner.

Les interfaces portables sont constituées des fonctions cap_set_proc(3) et cap_get_proc(3) ; si possible, utilisez plutôt ces routines dans vos applications.

Maintenant que vous avez été avertis, quelques détails du noyau actuel. Les structures sont définies comme suit.


#define _LINUX_CAPABILITY_VERSION_1  0x19980330
#define _LINUX_CAPABILITY_U32S_1     1
       /* V2 ajoutée à Linux 2.6.25 ; obsolète */
#define _LINUX_CAPABILITY_VERSION_2  0x20071026
#define _LINUX_CAPABILITY_U32S_2     2
       /* V3 ajoutée à Linux 2.6.26 */
#define _LINUX_CAPABILITY_VERSION_3  0x20080522
#define _LINUX_CAPABILITY_U32S_3     2
typedef struct __user_cap_header_struct {
   __u32 version;
   int pid;
} *cap_user_header_t;
typedef struct __user_cap_data_struct {
   __u32 effective;
   __u32 permitted;
   __u32 inheritable;
} *cap_user_data_t;

Les champs effective, permitted et inheritable sont des masques de bits de capacités définies dans capabilities(7). Notez que les valeurs CAP_* sont indices de bits et nécessitent d'être décalées avant le OU logique avec le champ de bits. Pour définir les structures à passer à l'appel système, vous devez utiliser les noms struct __user_cap_header_struct et struct __user_cap_data_struct car les typedef ne sont que des pointeurs.

Les noyaux antérieurs à 2.6.25 préfèrent les capacités 32 bits avec la version _LINUX_CAPABILITY_VERSION_1. Linux 2.6.25 a ajouté l'ensemble des capacités 64 bits avec la version _LINUX_CAPABILITY_VERSION_2. Mais il y avait un bogue dans l'API, donc Linux 2.6.26 a ajouté _LINUX_CAPABILITY_VERSION_3 pour corriger le problème.

Notez que les capacités 64 bits utilisent datap[0] et datap[1], tandis que celles 32 bits n'utilisent que datap[0].

Sur les noyaux qui gèrent les capacités de fichier (VFS capabilities support), ces appels système se comportent légèrement autrement. Cette prise en charge a été ajoutée en option à Linux 2.6.24, avant de devenir incluse (non optionnelle) dans Linux 2.6.33.

Pour les appels capget(), on peut tester les capacités de n'importe quel processus en indiquant l'identifiant du processus avec la valeur du champ hdrp->pid.

Pour les détails sur les données, consultez capabilities(7).

Les capacités VFS utilisent un attribut de fichier étendu (voir xattr(7)) pour pouvoir se rattacher à des exécutables. Ce modèle de privilèges rend obsolète la prise en charge par le noyau du paramétrage asynchrone des capacités d'un processus par un autre. C'est-à-dire que, avec la prise en charge VFS, pour les appels à capset() les seules valeurs permises pour hdrp->pid sont 0 ou, de manière équivalente, la valeur renvoyée par getpid(2) .

Sur les anciens noyaux qui ne gèrent pas les capacités VFS, capset() peut être utilisé, si l'appelant a la capacité CAP_SETPCAP, pour modifier non seulement les capacités propres à l'appelant, mais aussi les capacités d'autres threads. L'appel s'applique aux capacités du thread indiqué par le champ pid de hdrp lorsqu'il n'est pas nul, ou à celles du thread courant si pid vaut 0. Si pid correspond à un processus n'utilisant pas les threads, pid peut être un identifiant de processus classique. Pour configurer les capacités d'un thread faisant partie d'un processus multithread, il faut utiliser un identifiant de thread du type que renvoie gettid(2). Pour capset(), pid peut également être -1, ce qui affecte tous les threads sauf l'appelant et init(1), ou bien une valeur inférieure à -1, ce qui applique la modification à tous les membres du groupe de processus identifiés par -pid.

En cas de succès, zéro est renvoyé. En cas d'erreur, -1 est renvoyé et errno reçoit une valeur adéquate.

Les appels échoueront avec l'erreur EINVAL, et définiront le champ version de hdrp avec la valeur _LINUX_CAPABILITY_VERSION_? préférée par le noyau quand une version non prise en charge est fournie. De cette façon, on peut tester quelle est la révision actuelle de capacité préférée.

EFAULT
Mauvaise adresse mémoire. hdrp ne doit pas être NULL. datap ne peut être NULL que quand l'utilisateur cherche à déterminer la version du format préféré des capacités gérée par le noyau.
EINVAL
Un argument est non valable.
EPERM
Une tentative a été opérée pour ajouter une capacité dans l'ensemble permitted, ou pour placer une capacité dans l'ensemble effective hors de l'ensemble permitted.
EPERM
Une tentative a été faite pour ajouter une capacité dans l'ensemble inheritable et soit :
  • cette capacité n'était pas présente dans l'ensemble applicable à l'appel ; soit
  • cette capacité n'était pas dans l'ensemble permitted pour l'appel et l'appelant n'avait pas de capacité CAP_SETPCAP dans son ensemble effectif.
EPERM
Le processus appelant a tenté d'utiliser capset() pour modifier les capacités d'un thread autre que lui‐même, sans avoir les privilèges nécessaires. Pour les noyaux avec la gestion des capacités VFS, ce n'est jamais permis. Pour les noyaux sans la gestion des capacités VFS, la capacité CAP_SETPCAP est requise. (En raison d'un bogue dans les noyaux antérieurs à 2.6.11, cette erreur était aussi renvoyée si un thread sans cette capacité tentait de modifier ses propres capacités en indiquant une valeur non nulle de pid (la valeur renvoyée par getpid(2)).)
ESRCH
Pas de thread correspondant.

Ces appels système sont spécifiques à Linux.

L'interface portable pour les fonctions de lecture des capacités et de configuration est fournie par la bibliothèque libcap disponible à :
http://git.kernel.org/cgit/linux/kernel/git/morgan/libcap.git

clone(2), gettid(2), capabilities(7)

Cette page fait partie de la publication 5.08 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page, peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org>, Cédric Boutillier <cedric.boutillier@gmail.com>, Frédéric Hantrais <fhantrais@gmail.com> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à <debian-l10n-french@lists.debian.org>.

9 février 2020 Linux